Dans quels cas utiliser une scie circulaire ?

scie circulaire

Tout bricoleur digne de ce nom possède une scie dans son atelier. Si les scies égoïnes ou sauteuses suffisent généralement pour de petits travaux de découpe, ces modèles peuvent révéler leur insuffisance devant des pièces de bois volumineuses et de grande taille. Dans ce cas, l’utilisation d’une scie à lame circulaire est préconisée. Aussi puissant que maniable, cet outil portatif permet de réaliser des coupes nettes et d’une précision sans faille.

Quelle est le principe de fonctionnement des scies dites circulaires ?

Une scie circulaire (ou à disque) se définit comme un outil électroportatif. Elle se distingue des autres modèles de scies (manuelles, sauteuses, etc.) par la présence d’un disque pourvu de dents aiguisées. Un moteur d’une puissance comprise entre 1000 et 2000 W entraîne la rotation de ce dernier. En tournant très rapidement (entre 3500 et 5800 tours par minute selon les modèles), le disque parvient à découper des matériaux en bois de toutes sortes. En fonction de vos besoins, il est possible de choisir parmi différents modèles de scies à lame circulaire. Pour un usage intensif par exemple, préférez un modèle de marque reconnue et doté de fonctionnalités poussées (variateur de vitesse, semelle inclinable, etc.). De manière générale, on distingue deux types de scies à disque :

  • Le modèle standard qui permet d’effectuer des coupes droites et régulières.
  • Le modèle plongeant qui pénètre dans le matériau. Il offre la possibilité de débuter le sciage d’une pièce de bois depuis son milieu.

Quand utiliser une scie à lame circulaire ?

Une scie circulaire est un outil apprécié des bricoleurs pour sa polyvalence. Elle peut être employée dans des cas très variés. Plus puissante et précise qu’une scie sauteuse, elle est indiquée pour procéder à la coupe de tous types de bois, notamment les morceaux épais et de grande dimension. Vous pouvez notamment vous en servir pour :

  • scier des bois tendres, tels que le pin sylvestre ;
  • découper des matériaux dérivés (aggloméré, panneaux de fibres de bois, contreplaqué, etc.) ;
  • procéder au sciage de poutres, madriers et autres éléments qui composent une charpente ;
  • faire des travaux de découpe sur des bois de feuillus (hêtre, chêne, etc.) et des essences exotiques (teck, ipé, etc.) réputés pour leur dureté.

Les scies à disque offrent la possibilité de réaliser une grande variété de coupes. Avec elles, vous pouvez scier vos pièces de bois de manière rectiligne, mais aussi en biseau. Pour davantage de précision, vous avez également la possibilité d’ajuster la profondeur de coupe ainsi que la hauteur. En outre, une scie à lame circulaire n’est pas uniquement conçue pour scier des matériaux en bois. Il est possible d’y recourir pour découper du carrelage, des métaux non ferreux (laiton, aluminium, etc), du plastique, etc.

Quels sont les critères à respecter dans le choix d’une scie à disque ?

Acheter une scie à lame circulaire implique de ne pas se jeter aveuglément sur le premier modèle venu. Différents éléments doivent être pris en considération dans votre choix, parmi lesquels :

  • La puissance : celle-ci sera conditionnée par le type d’usage que vous prévoyez pour votre scie. Pour une utilisation occasionnelle, une puissance en deçà des 1200 W peut suffire. Employée de manière intensive ou dans un contexte professionnel, votre scie devra atteindre au moins les 1800 W pour venir à bout des matériaux les plus durs.
  • La profondeur de coupe : elle est déterminée par le diamètre de la lame. Les caractéristiques du bois à scier doivent aussi être prises en compte. Par exemple, une lame d’un diamètre de 190 mm a une capacité de coupe d’au moins 65 mm.
  • Le type de lame : la lame d’une scie à disque se décline en plusieurs versions. Vous pouvez opter pour une lame au diamant, un disque en acier rapide, une lame en carbure de tungstène très résistante, etc. Le nombre de dents influe sur la précision de coupe. Plus il est élevé, plus le travail sera précis et minutieux. Une lame avec 10 dents sera idéale pour des travaux de dégrossissage, tandis qu’une lame de 48 dents pourra servir à découper des panneaux stratifiés.
  • Le confort d’utilisation : plus le moteur de la scie est puissant, plus l’outil sera lourd. En moyenne, une scie à lame circulaire pèse entre 3,5 et 7 kg. Observez aussi le niveau sonore (exprimé en décibels) ainsi que votre environnement de travail. Si vous êtes contraint de vous déplacer, optez de préférence pour un appareil sans fil.
  • Le prix : le coût d’acquisition d’une scie à disque varie grandement selon les modèles. Il peut débuter à une trentaine d’euros pour les outils d’entrée de gamme, jusqu’à 700 euros pour les machines les plus performantes.

Quelles précautions d’utilisation prendre avec une scie à lame circulaire ?

Lors de travaux de découpe, une scie à disque doit être tenue fermement avec les deux mains. Gardez-en une posée sur la poignée arrière afin d’être en mesure d’actionner l’interrupteur marche/arrêt à tout moment. Placée sur la poignée avant, votre autre main guidera la scie en tenant compte du tracé de coupe prédéfini. Pour un travail propre et net, placez toujours le disque du côté de la partie qui ne sera pas conservée. Pour vous aider, servez-vous des accessoires qui équipent votre scie, dont :

  • le guide de coupe (il peut s’agir d’un ligneur laser, d’un rail de guidage, etc.) ;
  • le variateur de vitesses ;
  • l’aspirateur pour limiter la production de sciure et de copeaux ;
  • les éléments de sécurité : frein, carter qui recouvre la lame, interrupteur de sécurité, couteau diviseur pour empêcher le blocage de la lame, etc.

Comment bien utiliser sa caisse à outils
Outil multifonction : une sélection des meilleurs modèles